READY CASH

Toute sa carrière il fut considéré comme un crack, tels ces grands champions qui ne viennent au monde que tous les dix ou vingt ans. Dès l’âge de trois ans, il releva le défi de gagner trois courses Groupe I, s’installant comme le leader incontesté de sa génération. Vainqueur à deux reprises du Grand Prix d’Amérique (2011 et 2012), il tentera en janvier prochain de conquérir un troisième titre de Champion du Monde.

Le Cannibale

JAG DE BELLOUET

Trotteur surdoué, Jag de Bellouet éclate au plus haut niveau en 2004 remportant plusieurs courses Groupe I et enchaînant les victoires dans les deux disciplines du trot, à l’attelé et au monté. Il atteint la consécration en 2005 en réalisant le doublé Grand Prix d’Amérique et Grand Prix de Cornulier. Retraité depuis 2007, il poursuit désormais une carrière d’étalon couronnée de succès.

Il Capitano

VARENNE

Entouré d’une équipe internationale, avec un entraîneur finlandais, un lad suédois, un naisseur français, un driver et des propriétaires italiens, Varenne conquiert deux titres de Champion du Monde en 2001 et 2002. Détenteur du record des gains en course, avec plus de 6 millions d’euros, il est devenu un étalon de tout premier plan.

Monsieur 30/30

TENOR DE BAUNE

Surdoué, il fut façonné par un homme calme, patient et posé Jean Baptiste Bossuet, qui le transforma en machine à trotter. Ménagé et chouchouté par celui-ci, il gravit les échelons un à un devenant le leader de sa génération jusqu’à engendrer en 1990 l’illusion d’un défi contre Ourasi dans l’esprit du public de Vincennes. Le benjamin déclina la lutte contre le vieux briscard mais reviendra fin janvier 1991 pour conquérir ce graal que chaque trotteur souhaite inscrire à son palmarès, le Grand Prix d’Amérique…
Mieux il le remporta invaincu ce que personne n’avait réalisé jusqu’alors signant son 30ème succès. Cet exploit demeure unique dans l’histoire du trot. Sa fille Roxane Griff inscrira t’elle son nom au palmarès ?

OURASI

Cheval le plus connu de France, le plus aimé, le plus admiré, Ourasi fut la « star » du Trot dans les années 80. Vainqueur à quatre reprises du Grand Prix d’Amérique, 1986,1987, 1988 et 1990, il est le premier et unique quadruple vainqueur du Championnat du Monde de trot attelé. Décédé en janvier 2013 à l’âge de 32 ans, une statue en son honneur fut inaugurée en juin 2014 à l’Hippodrome Paris-Vincennes.

Le rouleau Compresseur

BELLINO II

Le fils de Boum III, né en Haute Savoie et reconnaissable à son bonnet rouge représentait l’archétype du cheval complet. Alternant avec bonheur le trot attelé et le trot monté, il rejoint les boxes de Jean René Gougeon en 1974, où il passa la vitesse supérieure commençant une razzia des plus florissante. A l’âge ou d’autres s’essoufflent, le champion de Maurice Macheret remporte tout ce qui se présente dont trois Grand Prix d’Amérique à la suite, le dernier à dix ans battant un Eléazar courageux en diable.C’est aussi au jour d’aujourd’hui le dernier crack trotteur vainqueur de la triple couronne (Amérique, France, Paris) exploit réalisé en 1976 !

La Madone des Sleepings

GELINOTTE

Première super crack de l’après guerre, jument fantasque et nerveuse, son propriétaire Monsieur Karle la confia à un entraineur de talent, un maitre du Trot, le grand Charley Mills. Remportant nombre de courses en Europe, ce qui lui valut son surnom, elle s’adjugea deux Grand Prix d’Amérique en 1956 et 1957 mais également la triple couronne ces deux années ! Elle se distingua également au haras avec son rejeton Ura, père de Lurabo (vainqueur du Grand Prix d’Amérique 1984) et grand père d’Ourasi le champion le plus populaire de tous les temps.

L’Alezane Volante

URANIE

Première star de l’histoire du TROT, cette jument confiée à l’italien Valentino Capovilla­ fut l’épouvantail des années 20 sur la cendrée de Vincennes. Ses victoires aisées en décourageaient plus d’un au point que les organisateurs du Grand Prix d’Amérique décidèrent de l’handicaper de 50 mètres au minimum… Vainqueur en 1926, 1927 et 1928, elle fut au départ encore deux ans mais ne put rendre la distance ! Véritable idole aux allures aérienne, le public vouait à cette championne une admiration sans borne.