Quatre acteurs du Grand Prix d’Amérique 2020 face aux journalistes lors de la conférence de presse de ce samedi

A quelques heures du Grand Prix d’Amérique, ce samedi, six protagonistes de l’épreuve ont répondu à un parterre de journalistes internationaux lors d’une conférence de presse. Avec comme dénominateur commun l’expression d’une concentration totale.

Six professionnels avec un ou plusieurs partants, comme entraîneur et/ou driver, se sont livrés au jeu des questions/réponses avec la presse.

Avec quatre participants, Sébastien Guarato (Face Time Bourbon, Billie de Montfort, Bold Eagle et Valko Jénilat) sera l’entraîneur le plus représenté

« Face Time Bourbon n’a pas couru contre ses aînés avant le Grand Prix d’Amérique car il a besoin de fraîcheur. A son âge, Bold Eagle était plus robuste et avait donc déjà pu être testé dans le Grand Prix de Belgique qu’il avait remporté. »

« On y compte avec Bold Eagle. La dernière fois, il était ferré lourd et Eric Raffin l’a lancé de trop loin. Il n’est pas « cuit », il a de beaux restes. On part pour une quatrième ou cinquième place mais, avec un bon parcours, il peut faire mieux. »

« Avec Billie de Montfort, on a tout fait à l’envers. La jument aurait dû être fatiguée après le Tour Européen à l’automne et, en fait, elle n’a jamais été aussi bien qu’actuellement. »

« Valko Jénilat devait courir le Grand Prix de Bretagne. Juste avant, on a détecté une petite boiterie et cela a décalé sa préparation. Il a très bien travaillé dernièrement et les vétérinaires sont ok pour ce dimanche. »

« Parmi nos adversaires, je crains particulièrement Davidson du Pont qui vient de faire grosse impression lors de sa dernière course. »

Jean-Michel Bazire (Bélina Josselyn, Looking Superb, Davidson du Pont)

« Bélina Josselyn est aussi bien qu’il y a un an. Elle peut reproduire la même performance mais, l’année dernière, elle avait eu un super parcours. C’est évidemment essentiel pour elle qui n’a pas trop de marge. Je tiens à préciser que chacun de mes chevaux défendra ses chances à fond. »

« Franck Ouvrie connaît Davidson du Pont par cœur. Je leur fais totalement confiance. »

« Le fait que David Thomain ne connaisse pas trop Looking Superb ne m’inquiète pas. Cela va d’ailleurs obliger le driver à faire encore plus attention lors du départ. »

René Aebischer (Uza Josselyn)

« Il y a dix-sept adversaires dans le Grand Prix d’Amérique et je les crains tous. Ce n’est pas une course comme une autre. C’est le Grand Prix d’Amérique ! »

Junior Guelpa (Bahia Quesnot)

« Pour moi, les deux favoris sont Davidson du Pont et Face Time Bourbon. Le premier semble encore meilleur que l’an dernier, le second est irréprochable dans sa promotion. »

« Bahia Quesnot est mieux que l’an dernier. »

Alexandre Abrivard (Excellent)

« Si Excellent réitère sa performance du Prix Ténor de Baune, cela peut suffire pour qu’il s’impose. Mais on n’a que cette seule course de référence pour dire cela. »

« J’aime bien avoir du travail le matin du Grand Prix d’Amérique, dans l’écurie, pour ne pas trop penser à la course. Je pense qu’il ne faut pas rester à ne rien faire. »

« Comme Excellent s’est élancé au galop la dernière fois, je vais redoubler de vigilance dimanche. »

Björn Goop (Face Time Bourbon)

« La mystique du Grand Prix d’Amérique rend difficile l’idée de prédire un scénario. Face Time Bourbon peut tout faire en course. Je préférerais certains dos pendant la course, des bon dos. Mais là, c’est mon secret. »

« Face Time Bourbon a toutes les qualités pour être un gagnant de Prix d’Amérique. »

Guillaume Maupas (directeur technique de LeTROT)

« Le briefing d’avant-course avec les drivers est très important. C’est un moment privilégié pour tous. On rappelle l’enjeu de la course : c’est-à-dire, pour beaucoup, la plus belle course au monde. On leur dit qu’on ne veut pas un vainqueur par défaut, que ce doit être le meilleur qui gagne. »

La conférence de presse post Grand Prix d’Amérique sera à vivre demain dimanche en direct sur la page Facebook de LeTROT à partir de 18h05.